Créez votre shinobi et progressez dans un monde incroyable.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Hiérarques [PV ~ Explications]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les Hiérarques [PV ~ Explications]   Lun 12 Oct 2009 - 15:43

J'ai changé de pseudo car le vrai nom de mon personnage vient d'être communiqué par L'auteur de Naruto, remplacez donc Mitsui Sushitsu par Terumi Mei !

Les flammes crépitaient. Tantôt de grosses torches étaient accrochées aux murs, tantôt ce n'étaient que de petites et frêles bougies à la cire blanchâtre. Toutefois la lumière restait la même. Un dégradé appréciable de oranges divers, dispersés sur les lisses paroies gravés de symboles incrompréhensibles, l'atmosphère qui en découlait évoquait le crépuscule des jours faiblement ensoleillés qui étaient rares à Kiri. Les hautes silhouettes des pics enneigés qui entourraient le village empêchait les derniers rayons de la journée de parvenir aux habitants. Le spectacle, pourtant, n'en demeurait pas amoindrit. Ce soir là, un épais voile de brume recouvrait l'ensemble du village caché de Kiri. Pourtant la lune et les étoiles, mystérieuses lueurs perchées dans une infinité incompréhensible, offraient leur blanchâtre éclairage à la ville plongée dans le silence et la pénombre. Une grande partie des Shinobi du village s'en étaient allé à la guerre, celle-ci injustifiée, contre le Village caché du Son : Oto. En effet : Jusqu'alors, Kiri n'avait aucune raison de s'en prendre à un quelconque village. C'était ce Godaime Mizukage, cet Ulquiorra, perfide et imprévisible personnage, ce dernier avait prit le contrôle du village, tel un tyrant, un dictateur. Personne ne l'y avait invité et le Conseil des Sages s'était tut, et ne s'était pas manifesté. La politique que menait le village était floue et incertaine. Le Haut Gouvernement, (constitué alors d'un seul et unique homme, c'est à dire : une tyrannie) cachait très bien son jeu. Cela déplaisait à certaines personnages, et dans l'ombre, personne n'osait se révolter.

Terumi Mei, était une Kunoichi du village caché de Kiri. Elle possédait le grade de Juunin, et servait son village, sa patrie, du mieux qu'elle le pouvait. C'était un honorable personnage au passé pourtant obscur en certains points. Quoi qu'il en fut, Mei, parfois surnommée Sushi (c'est son plat préféré à vrai dire) faisait partie de ces gens qui étaient en désaccord avec la guerre et avec la politique du Godaime. L'absence de la plupart des Shinobi rendait les rues du village peu fréquentables, en effet, divers brigands ou escrocs fréquentaient les lieux, profitant de l'absence des autorités. Cela n'empêcha pas, la jeune femme de sortir de chez elle, en cette heure tardive, à vrai dire, elle comptait se rendre en un lieu bien précis, où nombre d'explications l'attendait. C'était elle qui ferait bouger les choses. Elle n'acceptait pas les conditions dans lesquels sont village vivait, pour elle c'était un retour à l'âge de pierre, par cela, elle entendait la terrible époque du Brouillard Sanglant, sous le regne du Sandaime Mizukage. Sa fine silhouette se glissait alors entre les maisons, silencieuse, elle franchissait les ruelles, sautait d'un toit à un autre, franchit le fleuve qui coupait Kiri en deux sans aucun souci, pour finalement contourner les laboratoires et arriver aux portes du Temple de l'Eau, où demeurait le Conseil des Sages. Ses longs cheveux presque roux, mais plutôt bruns, flottaient dans l'air pendant qu'elle se glissait dans le temple entre les majestueuses colones de jade. Lorsqu'elle entra, elle fit face à un grand hall désert, diverses scultpure en pierre précieuses étaient dispersé dans l'immense pièce. Les murs étaient décorés de dorrures. Un telle richesse était impressionante. Une porte close, qui n'aurait attiré l'attention d'aucun individu en visite, interpella néanmoins la jeune Kunoichi, en effet, deux bougies disposées de part et d'autre de cette dernière brillaient dans l'ombre. Elles avaient été allumées récemment. La jeune femme s'en approcha, elle portait une tunique bleue foncée, qui facilitait sa discrétion dans les ténèbres de la nuit. La porte s'ouvrit, et un homme encapuchonné l'invita d'un geste de la main à entrer dans la pièce. Elle s'exécuta sans attendre, on l'attendait. Il y eut une série de marche, et plusieurs dédales de couloirs. Diverses inscriptions et fresques décoraient les murs. On y voyait d'étranges créatures. Sushi y prêta une brève attention. Finalement, la jeune femme déboucha dans une vaste pièce au centre de laquelle une table ronde était placée. Autour, huit hommes demeuraiait, plus ou moins vieux, ils fixaient la Kunoichi.


« Bienvenue dans le Grand Conseil des Hiérarques, Mitsui Sushitsu, Kunoichi de KiriGakure. »

La jeune femme fixait l'assemblée sans esquisser le moindre mot. Elle se contenta d'incliner légèrement la tête pour faire part de son respect. L'homme qui parlait était assez vieux, une longue barbe blanche recouvraut la partie inférieure de son visage, il continua dans sa lancée.

« Nous sommes les Hiérarques. Je suis Sen'Kenjin » [Note : Sen'Kenjin = Ancien Sage]

Chacun des hommes présent dans cette salle portait un pendentif de forme circulaire autour du cou, sur ces derniers étaient inscrit différents mots. Il y avait : Mi (Lac), Seinan (Sud-Ouest), Nako (Oeil), Mori (Forêt), Reihô (Montagne Sacrée), Kagi (clé, clef), Shinkai (Abysse), Uteki (Goutte de pluie).
Sushitsu les fixait, chacun portait un de ces mots, cela devait signifier quelque chose, mais quoi ? Elle allait certainement le savoir prochainement. Si elle était là, ça n'était pas pour rien, elle avait un rôle à jouer, des réponses à trouver, des problèmes à régler. Il ne fallait plus tourner autour du pot. L'homme qui portait le pendentif de Shinkai prit la parole.


« Le Monde est sur le point de subir d'énormes changements. Il est temps pour nous d'agir. Les Hiérarques sont depuis trop longtemps dans l'ombre. Et vous... Kunoichi, allez nous aider. »

« Que comptez vous faire ? »

Cette fois ce fut Sen'Kenjin qui reprit la parole. Il se racla légèrement la gorge avant de poursuivre.

« Le Gouvernement actuel de Kiri est méprisable en tout point. L'homme est un tyran. Il a réussit à rallier le dernier Conseiller des Sages : Riku Mikuzuke, cet homme est sombre et avide de pouvoir, il ne mérite pas sa place au Conseil. »

« Où sont les deux autres Conseillers ? »

« Metsui Hakumei et Naoru Tsumaya, les deux autres conseillérs sont portés disparus depuis dix-huit mois. Metsui Hakumei était la gardienne des Septs épéistes. Naoru était de loin le plus important et le plus puissant des notres. C'était un envoyé de la Déesse, lui même s'élève au rang de Dieu. Peut-être le retrouverons nous en remettant KiriGakure sur le droit chemin. Mais pour cela... »

Il marqua une courte pause, comme pour prendre le temps d'avaler sa salive, de reprendre sa respiration, mais aussi de réflechir aux mots qu'il allait choisir, il devait être bref, clair et précis, il poursuivit...

« Pour cela, vous devez tuer Riku Mikuzuke et Ulquiorra ! »

Un silence s'installa, comme si les Hiérarques en annonçant cela, éveillait en eux une terrible vérité qui sommeillait depuis un bon bout de temps. C'était évident. Mais était-ce vraiment la seule solution ? Si du moins ça l'était, Sushitsu était-elle capable d'un tel acte. Elle l'ignorait, mais elle comptait bien le soutien d'Ao dans le cas échéant. Elle scruta les visages des hommes présents, tous la fixaient, certains avec dureté, d'autres impassible, d'autre soucieux. Ils avaient encore quelque chose à dire que Sushi ignorait. C'est Mori qui parla.

« Pour le vaincre, il te faudra user d'un Kekkai Genkai. Or tu es l'une des uniques Shinobi à posséder deux Kekkai. »

A ces mots, les yeux de Sushitsu s'écarquillèrent. Elle était capable d'utiliser deux Kekkai ? Elle même l'ignorait, elle ne maîtriser que le Suiton à ce jour ! De quoi pouvait-il bien parler, et puis comment pouvait-il avancer de tels faits sans la connaître ? Mori lui fit signe de le suivre. Il se leva et entra dans une pièce adjacente, elle le suivit. Elle arriva dans une salle étrange. Le mur du fond était recouvert de deux plaques de glace et d'une plaque de métal.

« Quiconque posera sa main sur ce mur verra son Kekkai révélé. La plaque de Métal s'est formé lorsque Metsui a posé ses mains sur le mur, son Kekkai était donc le Kinton. Les deux plaques de glaces étaient les Kekkai de Naoru et Riku : le Hyôton. Pose tes mains sur ce mur et découvre qui tu es. »

Sushitsu n'en croyait pas ses yeux : les Murs des Vérités. Il révélait les Kekkai de ceux qui avaient la chance d'en posséder : ils étaient rare. Elle posa ses mains, et soudain, son Chakra fut aspiré par le mur, elle se sentit bien, comme un état de béattitude. Et lorsqu'elle reprit ses esprit, une partie du mur avait complètement fondu. Elle retira ses mains. Et analysa ce qu'elle avait fait, puis se tourna vers Mori pour attendre une explication.

« Le Kekkai : Youton est le tiens, c'est une première au conseil : La Lave. Fusion de la Roche et du Feu. »

La jeune femme regarda ses mains, elle étaient pleine de poussière, et légèrement brulées, mais elle ne sentais aucune douleur. Son élément était donc le Youton... Mais il lui fallait le maîtriser. Et elle ignorait le Ninjutsu Katon et Doton.

« Les éléments primaires sont le Feu, l'Eau, la Terre, le Vent et la Foudre. Mais les Eléments des Dieu Véritables sont Le Bois, le Métal, La Glace et la Lave. Tu va devoir suivre un enseignement dans les iles Orientales de Kiri, à Meihei, dans la provinces Qiang, un sage t'y attends, tu as trente jour pour maîtriser cette nouvelle force. Après quoi l'heure sera venue d'agir. »

Les jours passèrent... Certains se ressemblaient, d'autres étaient en totale rupture. Tantôt un soleil brillant illuminait le ciel bleu azur, tantôt un voile grisâtre duquel un rideau de pluie s'écoulait assombrissait le monde. Mei parcourut les lieux, et traversa un océan jusqu'à atteindre l'île isolée d'Utakata, le vieux maître. C'est là bas, qu'elle allait apprendre le secret et la clé de son Kekkai : Le Yôton. La bateau qui l'avait accepté à bord était un navire marchand. L'île du Maitre Utakata comptait un petit village de pêcheur, une chance pour Mei, car les marchands s'y rendaient. Lorsque Mei posa le pied sur le sol de l'île, elle sentit quelque chose d'étrange. Comme si un pouvoir puissant s'installait lentement sur ses épaules et la poussait vers le sol. Le hammeau de pécheur était constitué d'un petit groupe de maison en bois, une bonne douzaine, pas plus. Le reste de l'île n'était que forêt et montagne. Le point culminant était le volcan, en activité, mais qui n'était pas entrer en érruption depuis de longues années... Les gens étaient sympathique ici, lorsqu'ils virent Mei, pourtant étrangère, ils lui souriaient. La jeune femme interpella un homme.

- Excusez-moi ! Bonjour Monsieur, je chercher un certain Utakata, savez-vous où je puis le trouver ?
- Eh ben ma p'tite dame ! Utakata le maître, c'est b'en lui qu'vous cherchez ? Il habite pô ici M'dame ! Sa maison est dans la forêt, au pied du volcan !
- Je vous remercie, Monsieur.

Après avoir obtenu ces informations, elle quitta le village pour s'enfoncer entre les arbres dans l'ombre de la forêt, à la recherche de ce Maître Utakata. Elle chercha une bonne demi-heure, mais bientôt une grande demeure en bois apparut au pied d'un grand roc, pas très loin d'une petite rivière. Elle s'arrêta et l'observa un court instant, puis finalement, elle s'approcha lentement. Une douce brise réussit à se faufiler entre les arbres et vint souffler dans la longue chevelure de la jeune femme, ces mêches brunes se mirent à virevolter en silence. Soudain, une voix grave s'éleva de nul part.

- Bienvenue, Terumi Mei, je t'attendais.

Mei se tourna et chercha d'où pouvait bien venir la voix, et bientôt elle aperçut un homme d'une quarantaine d'année, les cheveux noirs mi-longs, il portait un Kimono bleu clair qui recouvrait tout son corps et qui traînait sur le sol. Il était assis près de la rivière. Et observait les osieaux qui paraissaient danser dans les arbres. Leur chant était harmonieux et en parfait accord avec le doux son produit par l'écoulement de la rivière. L'homme se tourna, se leva et observa Mei avec respect.

- Ainsi, voici la rédemptrice du Village de la Brume ? Votre beauté égaye ma journée, Kunoichi de Kiri.
- Vous êtes le Maître Utakata ?
- En personne.
- Utakata-sama, commença-t-elle, enseignez moi les secrets de mon Kekkai, apprenez moi la maîtrise du Yôton.

L'homme se mit à sourire. puis il acquieça. Il acceptait, Mei inclina avec respect sa tête pour signifier sa gratitude. Utakata invita la Kunoichi à le rejoindre dans sa demeure... Pour prendre le thé. Ils burent un thé à la menthe et le soleil se coucha, bientôt l'heure de dormir arriva. Mei se mit à rêver, ce n'était pas vraiment un rêve, c'était plutôt un souvenir.

~ FlashBack

Mei ignorait si elle avait véritablement dormit cette nuit. Elle ne se souvenait pas de grand chose, mise à part le fait qu'elle s'était réveillée à chaque heure, comme si quelqu'un l'y poussait. Alors elle s'était extirpée de son lit, échappant à la cruelle attraction de ses draps et s'était accoudée au rebord de la fenêtre de sa maison. Elle observa, quelques minutes, quelques heures peut-être, elle ne savait plus vraiment. Quoi qu'il en fut, ce matin son visage était clair et il était facile de constater qu'lle avait peu dormit. Néanmoins Sushi était du genre positive, elle aimait sourire et avait un caractère entraînant, mais comme tout le monde, certains moments, le moral n'y était pas. Cela changerai au cours de la journée, se disait-elle. Le matin est froid à Kirigakure, froid et humide. Cette constant brume qui recouvre sans cesse le village. Une petite rivière qui passa, des arbres de-ci de-là, une grande tour, au centre, des maison, des laboratoirs et de petits ponts qui relient les différentes parties, sans oublier les montagnes, tout autour... Sushi aimait cet endroit plus que tout, et était prête à beaucoup pour son honneur... Elle quitta sa chambre pour rejoindre la salle de bain dans laquelle elle prit sa douche, elle appréciait plus que tout l'eau chaude. L'écoulement de cette substance fluide sans loin d'union sur sa douce peau, quel agréable sensation. Lorsque ce fut terminé, qu'elle fut séchée, habillée, coiffée (très important) elle descendit dans la cuisine de sa grande maison. Une baie vitrée donnait sur tout Kiri, elle avait une vu splendide sur le village qu'elle adorait, mais qui en ce triste jour, était sous le joug d'un homme qui la répugnait. Sa longue chevelure mi-brune, mi-rousse, qui lui tombait jusqu'au bas des cuisses, effleura la table à laquelle elle s'assit pour apprécier le repas qu'elle préférait : Le petit Déjeuner. Elle ne parla guère, après tout, avec qui aurait-elle pu le faire ? Lorsqu'elle finit son plat, on toqua à la porte. Six fois. Les yeux de la jeune femme s'écarquillèrent soudainement, comme si c'était le signal pour se réveiller définitivement.

Elle ouvrit la porte lentement, histoire de bien montré que ça n'était pas un des nombreux jours où elle pétait littéralement la forme. Mais quelle surprise quand elle apperçut le visage d'Ao, un Shinobi reconnu de Kiri, son compagnon de bataille. Lui, était souriant et il s'appréta à parler.


« Bonjour Meiiiii-saaaan ! Aujourd'hui c'est... »

Il fut interromput dans son magnifique élan par le claquement de la porte. En effet, Mei venait de le remballer de manière franche, pour ainsi dire : elle lui avait claqué la porte au nez. C'était pas son jour, enfin jusqu'à plus tard dans la journée. Ao toqua à nouveau, il n'eut aucune réponse, alors comme éprit d'un enthousiaste soudain, il ouvrit la porte d'un grand et rapide coup de pied, celle-ci se déboita dans un fracas assourdissant. Mei qui commençait à remonter l'escalier à destination de sa chambre, s'arrêta, baissa la tête.

« Meii-san, une mission. »

Sentant une soudaine colère s'emparer d'elle, la jeune Kunoichi se retourna avec rapidité et se rapprocha de son interlocuteur avant de lui hurler dans les oreilles les doux mots suivants...

« On entre pas chez les gens comme ça, Bakaaaaa ! Non mais ça va pas ! Violation de la propriété ! »

« Tsh... De mon temps, les gens qui nous claquaient les portes au nez, on leur... »

« Arrête tout de suite... Où je te tue. »

Le ton qu'emprunta Mei était devenu soudainement droid et menaçant, à tel point que même Ao un Shinobi puissant et aguerrie en eut des frissons, il serra les dents et une perle de sueur apparut sur sa tempe. Il fit un pas en arrière et s'excusa brièvement en exécutant de petits gestes de la tête. Une autre voix s'éleva depuis l'entrée de la maison, moins assurée, au ton moins grave.

« Que... Que s'est-il passé ici, Terumi-senpai ? »

C'était Chôjiru, un des Sept Epéistes Légendaire du Pays de la Brume. Lui était le plus jeune et le plus timide. Mais il était puissant et faisait partit de l'équipe à Mei. Celle-ci lui adressa un sourire sympathique et elle lui expliqua calmement. Que c'était Ao qui avait tenté d'entrer dans la maison... Après de courtes explications, les trois Shinobi (Mei, Ao et Chujiro) se rendirent dans les hauts quartiers de KiriGakure, où leur contact les attendait pour leur confier la mission qu'Ao était venu leur annoncer. Il fallait descendre de charmantes ruelles plongées dans la brume, vers les laboratoires. Le Village était grand, isolé par une ceinture de hautes montagnes avantage certain en cas de conflit. Le contact était vêtu d'un accoutrement ninja traditionnel, un gilet munit d'une multitude de poches, un pantalon basique en coton... Il leur expliqua en quoi consistait leur mission.

- Bonjour à Vous. Je vais être bref et rapide, ne m'interrompez pas. L'île de Mû, qui est située au sud de Kiri voit ces habitants disparaitre de manière inexpliquée, aucune rançon n'a été demandée, il est donc temps pour vous d'agir, enquêtez et réglez le problème. Vous êtes autorisé à tuer si besoin est.

Après ces brèves explications, il disparut dans un petit nuage de fumée, laissant derrière lui un parchemin et un plan. Un silence pesant s'installa, Mei lança un regard collérique vers le grand bpatiment qui abritait le MizuKage actuel, le Godaime : Ulquiorra, méprisable et égoïste personnage. Depuis qu'il était au pouvoir c'est comme si l'ère du Sandaime, une ère de sang et de terreur, était revenue. Sushitsu balança ses cheveux en arrière, et saisit le parchemin et le plan qu'elle glissa dans sa sacoche de combat. Elle se retourna et constata que Chujiro et Ao la fixait, le plus jeune semblait attristé, Ao, lui, serrait les dents et retenait en lui une sorte de colère mêlé à de la compassion. Sushi ferma les yeux et soupira, cet homme, qui leur avait donné la mission, était au service direct du Godaime et sa froideur en était une flagrante preuve.

- Allons-y... Faisons le pour Kiri.

Il n'y eut guère de récompense, seulement un sourire forcé de la part de Chujiro et une impassibilité hors normes sur la blême face d'Ao. La journée avait commencé avec humour, mais cet instant paraissait comme une plaie qui s'était ré-ouverte. L'équipe quitta le village en empruntant la porte principale, une certaine amertume leur empêcher de partir avec enthousiasme, en vérité, un froid brulant venait de saisir leur coeur, et la nostalgie leur mettait le moral à bas. Mais après une heure de marche, Sushi s'arrêta. Elle baissa la tête et ferma les yeux un instant, tout comme elle, ses équipiers s'arrêtèrent. Elle se mit à penser. Tout ce qu'elle avait vécu dans ce village n'avait été qu'horreur et sang, puis lorsque la Quatrième avait prit le pouvoir, l'espoir était revenu, mais cette ordure d'Ulquiorra était venu troubler le calme et la paix. Il fallait à tout pris changer ce qui s'apparentait dangereusement à une dictature, Mei allait s'élever contre lui, elle était déterminée, c'était certain, il était temps pour elle d'imposer son point de vue afin de faire revenir le calme à KiriGakure le village qui avait subit tellement de dommages. Elle tourna la tête vers ses frères d'armes et leur adressa un sourire sincère.

- Ao, Chujiro, faisons ce que nous avons à faire puis rentrons et nous changerons les choses, une bonne fois pour toute.

Suite à l'enchainement de ces mots, Ao fronça les sourcils, douteux des paroles à l'instant prononcée. Quant à Chujiro, lui, il fut émerveillé par le courage de la jeune femme et la respecta d'avantage, ses yeux s'illuminèrent, il la trouvait jolie, surtout quand elle souriait. C'est le jeune épéiste qui hocha la tête en premier, de manière subite et déterminée comme pour approuver avec enthousiasme son accord total. Ao, finit par lacher un sourire qu'il semblait s'être forcé à contenir.
Ao était un homme endurcit par les années et par la vie qu'il avait mené. Il avait vécu l'époque de Sandaime alors qu'elle était à son apogée et avait beaucoup souffert du régime s'alors. Pour survivre il avait du s'y adapter et s'y soumettre. C'est pourquoi il revenait souvent sur le sujet de l'ancienne époque. Le groupe se remit en marche... Après une longue après-midi d'efforts, ils atteignirent finalement le Port du Sud. Où ils se mirent à chercher un navire pour atteindre Mû. Ce fut plus difficile que prévut. En effet, on leur annonça qu'une épidemie de grippe avait cloué tous les bateaux au port et que le prochain départ serait dans trois jours. Or, il était impossible d'attendre aussi longtemps, d'ici là, tous les villageois de Mû auraient disparut. Les Kirijins se mirent à chercher un volontaire dans tout le port, promettant une somme considérable et l'honneur d'avoir servit la patrie ! Finalement un courageux accepta finalement. Et les conduisit jusqu'à son embarquation. Un petit navire en bois assez modeste mais qui semblait résistant. Ils embarquèrent la nuit même et entamèrent une traversée de sept heure, au terme de laquelle les blanches plages de Mû apparurent à l'horizon. Ils remercièrent et payèrent le marin qui se proposa de les attendre. Ils acceptèrent. Après cela, ils se rendirent au village concerné par les mystérieuses disparition. L'endroit était désert.


- On arrive trop tard ? Demanda Chujirô.
- Je crois bien. Fit Ao.
- Installons nous, il fait nuit, reposons nous, demain nous passerons l'île au peigne fin pour découvrir ce qu'il se passe. Fit la jeune Kunoichi.

Les trois Shinobi allumèrent un feu de camp au milieu du village, près d'un grand arbre, ils y déposèrent leur bagage et s'installèrent en cercle autour du feu. Une lueur crépusculaire s'en échappait, l'endroit était plongé dans une atmosphère orangée. Les ombres dansaient en rythme avec le mouvement du feu. Et Sushi fut soudaine attirée par ce feu qui les réchauffait. Quelque chose d'étrange l'interpella. Ses yeux, d'un vert profond et intense, plongèrent dans l'immensité écarlate et une lumière se mit à briller dans ses yeux, qu'étaient-ce donc ? Ces formes suspectes qui se dessinaient dans le feu. Les flammes tentaient-elle d'entrer en contact avec elle ? C'était une étrange sensation. Comme si elle était envoutée, comme si son âme était aspiré. Ils mangèrent des nouilles, mirent au point le plan de recherche du lendemain et le silence s'installa.

Une heure et demi était passée. Une silhouette se tenait debout devant le feu, à quelques mètres, la jeune Mei dormait à point fermé. La silhouette s'approcha d'elle peut-être trop rapidement pour juger le geste de pacifique. C'est pourquoi, comme un coup de tonnerre, la jeune femme s'éleva de tout son long et fit volte-face avant de se mettre en position de combat. Mais à peine ce geste avait-il était effectué, que le jeune Chujiro brandissait son énorme épais sur la nuque de l'inconnu et qu'Ao s'apprêtait à le frapper. Un silence lourd. Le vent. Le crépitement des flammes.


- J'aurait du m'annoncer avant de m'approcher. Gémit l'homme, d'une voix rauque.
- Qui êtes-vous ? Lança Ao.
- Du calme mon enfant, ici on me nomme Maître l'Ancien. Mais mon véritablement nom est Sen'shi Sing. Fit-il, dévoila son visage à la lumière du feu.

C'était un vieil homme, indéniablement, il devait avoir une soixantaine d'année. Sa peau était ridée et marquée par le temps. Ces petits yeux bruns à moitié fermés fixaient la jeune fille avec respect. Ses longs cheveux blancs étaient attachés en arrière. Il était de la taille de Chujiro, si ce n'était un peu plus grand. Il portait une tunique brune, fermée par une ceinture, ses vêtement était cousus de signes divers, l'un d'eux représentait un Géant de pierre qui crachait du feu. L'habit était élégant, en soie, à première vue. L'homme était légèrement courbé. Il paraissait néanmoins résistant. Il fixa d'abord Ao, puis sembla s'en désintéresser, puis, Chujiro, qu'il salut d'un bref signe de tête, mais son regard s'attarda sur la jolie fille de la famille Terumi, il semblait correspondre à ce qu'il cherchait. Mais que cherchait-il ?

- Vous avez été trompés mes amis. Fit le vieille homme.
- Pardon ? Que voulez vous dire ? S'exclama la jeune Kunoichi.
- Vous avez été envoyé ici, car Kiri vient de déclarer la guerre à Oto et y a envoyé la plus grande partie de ses troupes. Les dirigeants savaient que vousne laisseriez pas faire ça et ils vous ont écartés.
- Mensonges ! Comment osez-vous ? D'où sortez vous ces calomnies ? S'énerva Ao.
- Je suis un Ancien Sage du Conseil de Kiri, autrefous connu sous le nom de Kouang. J'ai quitté le village il y a trente ans, pour des raisons qui ne me regardent que moi. Je fus le maître de Naoru, ancien Sage également.
- Naoru... Tsumaya Naoru ?! Fit Mei, interpellée par le nom de la personne qu'elle cherchait depuis 3 ans.
- Lui même. Je lui ait enseigner l'art Ninja, d'où sa grande puissance. Retournez à Kiri, je pense qu'il est temps de changer les choses. Les habitants, ici, sont parties depuis une semaine pour la fête mensuelle de l'île voisine. On vous a piégé Dépêchez vous !

Les yeux de Mei s'écarquillèrent, son équipe et elle avaient été dupés ! Ils devaient à tout pris retourner à Kiri pour changer les choses, il était temps de faire revenir la paix. Le vieil homme lui murmura une dernière chose : "Votre tour viendra, Naoru vous reconnaitra"...

FlashBack ~

Le lendemain, lorsque Mei se réveilla, Utakata était déjà debout, il l'attendait. L'entrainement commença. Il commença par éveiller l'élément Katon en elle. Ce fut chose difficile et la jeune femme eut recours à sa volonté d'acier pour y parvenir, elle se brula de nombreuse fois. Puis c'est l'affinité Doton qui devait être éveillée. Se fut plus simple, il fallait faire corps avec la Terre, y plonger son âme. Elle s'entraina deux longs mois. Et entra en possession des techniques suivantes : Karyuu Endan, Hibashiri, Retsudo Tenshuyô et Doryu Heki.

- Tu es maintenant capable d'utiliser l'élément Katon et l'élément Doton. A présent attardons nous sur l'élément Yôton, l'objectif.
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Sasuke
Fondateur et Grand Chiwawa !
Fondateur et Grand Chiwawa !
avatar

Masculin Nombre de messages : 2627
Age : 2010
Localisation : Là où frappe la foudre...
Village : Akatsuki - Taka
Elements : Katon et Raiton
Nindô : Répendre la Haine et restaurer l'honneur du Clan Uchiha
Date d'inscription : 19/05/2007

Infos du Ninja
Rang: Jônin
Points d'expérience:
205/1000  (205/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: Les Hiérarques [PV ~ Explications]   Dim 21 Fév 2010 - 18:11

Donc +50 pour la Mission rappelée en FlashBack et en attente pour l'entrainement !

_________________
The Way of Darkness

La Côté Obscur de la Force.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-power-rpg.forumactif.com
 
Les Hiérarques [PV ~ Explications]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est le temps des explications... (Hope et Warren ?)
» C.A.M.P.I.N.G. / Explications.
» Religion Armandéenne (explications esprits-totems)
» — Why don't we go somewhere only we know ?
» Remords, explications et demande ... [ PV Fumée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto RPG :: Temple de l'Eau-
Sauter vers: